Forum :: Topclinique :: Algodystrophie : la rééducation sous hypnose donne de bons résultats

topclinique

topclinique

Algodystrophie : la rééducation sous hypnose donne de bons résultats

  04/12/2016 à 12:42   | 627 vue(s)


Paris, France — Associer l’hypnose à la rééducation par kinésithérapie améliore très significativement la prise en charge du syndrome algoneurodystrophique (SDRC) de la main et du poignet, selon une petite étude prospective présentée au congrès de la SOFCOT 2016 [1].

«Il s’agit de la première étude sur l’algodystrophie et l’hypnothérapie associée à la kinésithérapie et elle montre qu’il s’agit d’un moyen de prise en charge efficace du syndrome douloureux régional complexe de type 1 (SDRC) de la main et du poignet, quelle que soit la phase évolutive. Elle est applicable à tout individu et sans effet secondaire notable », a commenté le Dr Julie Lebon (Institut de l’appareil locomoteur, CHU de Toulouse, Unité d’orthopédie de Purpan), auteur principal de l’étude.

En introduction de sa présentation, le Dr Lebon a rappelé que la physiopathologie du SDRC, anciennement appelé algoneurodystrophie est probablement la résultante d’un emballement du système nerveux sympathique, de la perturbation du schéma corporel et de facteurs psychologiques. Elle a souligné que la prise en charge était difficile, longue et aléatoire. Son incidence est de 25/100000 habitants avec un impact socio-économique majeur et peu de traitements à médiation psychologique validés.

Le protocole KHM

Une première étude rétrospective effectuée dans le service du CHU de Toulouse avait été réalisée en 2013 sur l’intérêt du protocole KHM associant kinésithérapie, hypnose et MEOPA (Mélange équimolaire d'Oxygène et de Protoxyde d'Azote) chez 69 patients, avec de bons résultats.

Hypnose + MEOPA 
Contrairement à l’hypnose conversationnelle, l’hypnose avec MEOPA assure une analgésie de surface, une sédation consciente, une anxiolyse et une euphorie. Elle permet une « meilleure focalisation sur autre chose » et une adhésion active. La méthode donne l’impression d’avoir fait un rêve agréable et limite l’appréhension pour le geste futur [2].

Aujourd’hui, le Dr Lebon présente les résultats d’une étude prospective qui a inclus consécutivement tous les patients présentant un SDRC de type 1 main-poignet dans le service d’orthopédie du CHU de Purpan, quelle que soit la phase évolutive, entre le 1er mai 2014 et le 30 avril 2015.

 
Il s’agit de la première étude sur l’algodystrophie et l’hypnothérapie associée à la kinésithérapie et elle montre qu’il s’agit d’un moyen de prise en charge efficace –Dr Julie Lebon
 

Les 20 patients inclus (13 femmes et 7 hommes) ont bénéficié d’une évaluation complète (examen clinique, scores fonctionnels, bilan radiologique, photographies) avant la première séance et après la dernière séance de KHM.

Le critère principal de jugement était la diminution de la douleur (EVA, consommation d’antalgiques), la raideur (mobilité poignet et doigts) et la force de pince et de poigne. Les critères secondaires de jugement étaient les scores fonctionnels (DASHPWRE), la satisfaction du patient, la reprise du travail et les effets indésirables.

Les participants avaient un âge moyen 56 ans (34-75) et avaient un terrain psychologique à risque dans 50 % des cas. Les étiologies étaient post-opératoires dans 90 % des cas, principalement après des fractures du radius distal et des chirurgies du canal carpien. Treize patients étaient en phase inflammatoire et 7 en phase dystrophique. La durée moyenne des séances de KHM était d’une heure, le rythme des séances était hebdomadaire ou bihebdomadaire. Les séances se sont déroulées en deux phases : une phase d’induction : dissociation/protection du patient contre la douleur et une phase de thérapie : physiothérapie et mobilisation passive. Le MEOPA a été utilisé dans 60 % des cas.

Efficacité importante sur la douleur et la raideur sans effet secondaire notable

Au final, après 5,4 séances de KHM, l’EVA diurne a diminué de 4 points en moyenne (6,2 à 2,2, p<0,001), l’EVA nocturne de 2,7 points (3 à 0,3, p<0,001) et le PWRE-douleur de 4,1 points (6,9 à 2,8, p<0,001). En outre, la consommation d’antalgique se limitait au paracétamol à la demande. La raideur a été significativement améliorée (doigts longs : TAM avant = 142° et après =217°). Les amplitudes articulaires du poignet et des doigts longs ont été significativement augmentées (Quick-DASH moyen a diminué de 34 points et le PWRE-fonction de 3,8 points), la force de pince a été augmentée de 34 points (p=0,016) et celle de poigne de 10 points (p<0,01).

Quatre-vingt pour cent des patients en arrêt de travail ont pu reprendre leur travail au même poste. Aucun effet secondaire lié à la technique n’a été retrouvé mis à part 8 cas de fatigue après les séances, 2 cas de vertiges légers immédiatement après la séance et 14 cas de détente profonde/anxiolyse. Tous les patients se sont dits satisfaits ou très satisfaits de la prise en charge. Aucune rechute à distance n’a été constatée.

La technique KHM qui pourrait être utilisée dans d’autres pathologies

Le Dr Lebon a souligné que plus la technique KHM était réalisée tôt, plus vite les patients récupéraient : « pour un syndrome qui est difficile à traiter, avec parfois un diagnostic retardé de 1 à 2 mois, une à deux séances peuvent suffire à régler le problème», a-t-elle précisé.

 
Pour un syndrome qui est difficile à traiter, avec parfois un diagnostic retardé de 1 à 2 mois, une à deux séances peuvent suffire à régler le problème –Dr Lebon
 

Elle a ajouté que l’équipe utilisait aussi cette technique pour les membres inférieurs, pour la capsulite rétractile et qu’ils obtenaient les mêmes résultats. Ce qui suggère que la technique peut être utilisée dans d’autres pathologies.

Elle a également mentionné que les centres qui pratiquaient l’hypnose sans associer la kinésithérapie n’obtenaient pas des résultats aussi « extraordinaires ».

Selon le Dr Lebon et coll., ces bons résultats sont probablement dus à la suggestion sous hypnose qui diminuerait l’activité cérébrale des zones stimulées au cours des soins douloureux, et possiblement à la mise en activité virtuelle du membre pathologique et à la libération des émotions. Tous ces éléments auraient permis une meilleure progression en rééducation.

Concernant les limites, le Dr Lebon a mentionné la petite taille de l’effectif et l’absence de groupe comparatif. Ces résultats restent donc à confirmer dans de plus vastes études.

 

REFERENCES :

  1. Rééducation sous hypnose - une solution pour le syndrome douloureux régional complexe de type 1 touchant la main et le poignet Julie Lebon (Toulouse, France), Pierre Mansat, Fanny Elia, Vadim Azoulay, Stéphanie Delclaux, Costel Apredoaei, Michel Rongières. Communications particulières Main/Poignet. SOFCOT. Mardi 8 novembre 2016.

     

  2. Apport de l’hypnose dans le traitement de la douleur. Dr Chantal Wood, Hôpital Robert Debré.

     

LIENS
  • L’activité du cerveau sous hypnose décryptée

  • Introduction à l’hypnose thérapeutique

  • Douleur chronique et anxiété : 2 indications phares de l’hypnothérapie


Membres actifs actuellement dans cette discussion: 0



Fuseau horaire GMT. L'heure est maintenant 21:43.
Le Forum topclinique n'est pas responsable de tout accord commercial ou de coopération entre les membres.
Chaque personne assume sa responsabilité après chaque accord de vente ou d'achat ou de donner ses informations.
Les commentaires publiés ne reflètent pas l'opinion du topclinique et ne prend aucune responsabilité juridique à ce sujet (Chaque auteur doit assumer la responsabilité de ses publications);

Malay Bogel,Gambar Bogel,Cerita Lucah Awek Melayu FotosNua AmoyLucah Video Bokep Online Streaming BOKEPDOWNLOAD - DOWNLOAD BOKEP - FOTO BUGIL Video Bokep Harian 2017 Boleh Saja Video Lucah,Foto Lucah Prediksi Togel 666 Hari Ini Sang Pakar GoBugil.Com | Foto Bugil,Cerita Dewasa,Video Bokep Video Bokep Harian 2017 melayustim.club - Koleksi Video Lucah Dan Gambar Bogel bogelmelayu.site - Koleksi Video Lucah Dan Gambar Bogel