Forum :: Topclinique :: Les IPP pourraient diminuer l’efficacité des chimiothérapies orales

topclinique

topclinique

Les IPP pourraient diminuer l’efficacité des chimiothérapies orales

  28/12/2016 à 11:11   | 9545 vue(s)


Edmonton, Canada — Récemment, deux études rétrospectives ont montré que certains antiacides, comme les inhibiteurs de la pompe à protons (IPPs), diminuaient l’efficacité des inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) erlotinib (Tarceva®, Genentech) et sunitinib (Sutent®, Pfizer Inc) dans le cancer du poumon non à petites cellules et le cancer du rein avancés [1,2].

Plus inquiétant encore, pour l’équipe de chercheurs canadiens à l’origine de ces premiers résultats, les interactions médicamenteuses avec les antiacides pourraient ne pas se limiter aux ITK. « De nombreux médicaments oraux ont besoin d’un environnement suffisamment acide pour se dissoudre proprement et être absorbés correctement », expliquent-ils.

 
De nombreux médicaments oraux ont besoin d’un environnement suffisamment acide pour se dissoudre proprement et être absorbés correctement—Les auteurs
 

Dans une analyse secondaire de l’essai TRIO-013/LOGiC, l’équipe du Dr Michael B Sawyer (Cross Cancer Institute, service d’oncologie, Edmonton, Alberta, Canada) a tenté de savoir si l’efficacité de la capécitabine (Xeloda®, Roche, traitement oral) et/ou du lapatinib (Tykerb®, Novartis, traitement oral) pouvaient aussi être altérées par les IPPs [3].

« C’est important car la capécitabine est une chimiothérapie orale utilisée dans de nombreux cancers », soulignent-ils.

Les données, publiées en ligne dans le JAMA oncology montrent que la coadministration d’IPPs et de capécitabine est associée à une survie sans progression et à une survie globale moins longues (SS) [3].

« Il est bien compris que les interactions médicamenteuses peuvent augmenter l’exposition à certains médicaments mais elles peuvent aussi diminuer l’exposition systémique aux traitements et donc en limiter l’efficacité », indiquent Sandeep Parsad (Dr en pharmacie, Université de Chicago, Etats-Unis) et Mark J. Ratain (pharmacologue, Université de Chicago, Etats-Unis) dans un éditorial publié dans le même numéro de la revue [4].

IPPs + capécitabine : un mauvais mariage ?

Dans l’essai de phase 3 TRIO-013, 545 patients atteints d’un cancer gastro-œsophagien ERBB2/HER2+ métastatique ont été randomisés pour recevoir l’association capécitabine + oxaliplatine (Eloxatin®, Sanofi) avec ou sans lapatininb (entre 2008 et 2012). Deux ans plus tard, la survie sans progression et la survie globale ont été analysées en fonction de la mention ou non d’une prescription concomitante avec un IPP dans les dossiers médicaux.

Globalement, 229 patients ont officiellement reçu des IPP (42 %, également distribués dans les deux groupes).

Dans le bras CapeOx + placebo, les patients qui avaient reçu un IPP avaient une SSP et une SG moins longues que ceux qui n’en avaient pas reçu.

Résultats du bras CapeOx + placebo

 

IPP

sans IPP

RR, IC, p

SSP (mois)

4,2

5,7

1,55, IC 95% 1,29 à 1,81, p<0,001

SG (mois)

9,2

11,3

1,34, IC 95% 1,06 à 1,62, p<0,04

Dans l’analyse multivariée prenant en compte l’âge, l’ethnie, le stade de la maladie et le sexe, l’association était encore plus forte (SSP : RR=1,68, IC 95% 1,42 à 1,94, p<0,001) et (SG : RR=1,41, IC 95% 1,11 à 1,71, p=0,001), respectivement.

Chez les patients traités par CapeOx + lapatinib, les effets des IPPs sur la SSP et sur la SG étaient moindres. Toutefois, dans l’analyse multivariée, la différence était statistiquement significative sur la survie globale (RR=1,38, IC 95% 1,06 à 1,66, p=0,03).

Résultats du bras CapeOx + lapatinib

 

IPP

sans IPP

RR, p

SSP (mois)

6,8

5,7

RR=1,08, p=0,54

SG (mois)

13,8

9,6

RR=1,26, p=0,10

Les chercheurs en concluent qu’il existe une association entre les IPP et la baisse d’efficacité de la capécitabine mais que leurs effets sur le lapatinib sont moins clairs.

 
Les oncologues qui traitent des patients avec de la capécitabine devraient être conscients des possibles interactions négatives avec les antiacides comme les IPP.
 

Ils expliquent que les IPP diminuent probablement l’efficacité de la capécitabine par l’augmentation du PH gastrique, ce qui altère la dissolution et l’absorption du produit.

Ils ajoutent cependant qu’aucun lien direct ne peut être fait entre l’utilisation des IPP et la baisse de l’absorption de la capécitabine car aucune étude pharmacocinétique ou analyse des taux circulants n’a été réalisée.

Une vigilance accrue

D’après les auteurs, « les oncologues qui traitent des patients avec de la capécitabine devraient être conscients des possibles interactions négatives avec les antiacides comme les IPP et possiblement les antihistaminiques H2. »

Ils ajoutent qu’ « étant donné la prévalence des traitements par capécitabine dans le cancer du sein et du colon, d’autres études sont en cours. »

Pour leur part, les éditorialistes soulignent que certains traitements chroniques peuvent être prescrits par le médecin généraliste et qu’il est de la responsabilité de l’oncologue de s’assurer d’une bonne transmission des informations sur les possibles interactions médicamenteuses. Ils ajoutent que les oncologues doivent discuter des possibles interactions avec certains médicaments en vente libre [IPPs…], avec les cannabinoïdes ou les ingrédients « neutraceutiques » avec les patients.

En pratique : quelles alternatives ?

Les chercheurs s’accordent pour dire, qu’en pratique, arrêter les antiacides est délicat. Ils suggèrent donc de remplacer les IPP par du Maalox (hydroxyde d'aluminium/hydroxyde de magnésium) car il a été montré que les deux produits n’interagissaient pas [5].

 
Etant donné la prévalence des traitements par capécitabine dans le cancer du sein et du colon, d’autres études sont en cours.
 

Ils ajoutent, qu’en théorie, les antihistaminiques H2 n’augmentent pas le pH gastrique dans les mêmes proportions que les IPPs et qu’il se pourrait donc qu’ils aient moins d’interaction avec les traitements oraux.

Aussi, ils précisent que récemment, il a été montré que l’absorption d’erlotinib en présence d’IPP était améliorée lorsque le traitement était avalé avec une boisson acide comme le coca cola [6]. « Reste à savoir si mode d’administration marcherait aussi avec la capécitabine. »

Enfin, concernant l’intérêt d’une administration séquentielle de capécitabine et des IPPs, les chercheurs n’y croient pas vraiment en raison de la longue durée d’action des IPPs.

 

Liens d’intérêt-- Dr Ratain : PrescriptIQ et autres laboratoires.

 

REFERENCES:

1. Chu MP, Ghosh S, Chambers CR, et al. Gastric acid suppression is associated with decreased erlotinib efficacy in non-small-cell lung cancer. Clin Lung Cancer. 2014;16(1):33-39.

 

2. Ha VH, NgoM, Chu MP, Ghosh S, Sawyer MB, Chambers CR. Does gastric acid suppression affect sunitinib efficacy in patients with advanced or metastatic renal cell cancer? J Oncol Pharm Pract. 2014;21(3):194-200.

3. Chu M. P. et coll. Association of Proton Pump Inhibitors and Capecitabine Efficacy in Advanced Gastroesophageal Cancer Secondary Analysis of the TRIO-013/LOGiC Randomized Clinical Trial. JAMA Oncology Published online October 13, 2016

4.Editorial. Drug-Drug Interactions With Oral Antineoplastic Agents. JAMA Oncology Published online October 13, 2016

 

5.Reigner B, Clive S, Cassidy J, et al. Influence of the antacid Maalox on the pharmacokinetics of capecitabine in cancer patients. Cancer Chemother Pharmacol. 1999;43(4):309-315.

6.Influence of the acidic beverage cola on the absorption of erlotinib in patients with non-small-cell lung cancer. J Clin Oncol. 2016;34 (12):1309-1314.


Membres actifs actuellement dans cette discussion: 0



Fuseau horaire GMT. L'heure est maintenant 00:02.
Le Forum topclinique n'est pas responsable de tout accord commercial ou de coopération entre les membres.
Chaque personne assume sa responsabilité après chaque accord de vente ou d'achat ou de donner ses informations.
Les commentaires publiés ne reflètent pas l'opinion du topclinique et ne prend aucune responsabilité juridique à ce sujet (Chaque auteur doit assumer la responsabilité de ses publications);

Malay Bogel,Gambar Bogel,Cerita Lucah Awek Melayu FotosNua AmoyLucah Video Bokep Online Streaming BOKEPDOWNLOAD - DOWNLOAD BOKEP - FOTO BUGIL Video Bokep Harian 2017 Boleh Saja Video Lucah,Foto Lucah Prediksi Togel 666 Hari Ini Sang Pakar GoBugil.Com | Foto Bugil,Cerita Dewasa,Video Bokep Video Bokep Harian 2017 melayustim.club - Koleksi Video Lucah Dan Gambar Bogel bogelmelayu.site - Koleksi Video Lucah Dan Gambar Bogel